L’intégration de la dimension Genre dans l’administration fiscale : cas de la Direction Générale d’Impôts.

, Publié : Le 14/12/2017 à 10:44:46

Le système patriarcat qui domine le monde en général et l’Afrique en particulier n’a pas épargné la République Démocratique du Congo.
Ce système fait que depuis la nuit de temps l’homme n’est toujours pas près de partager les responsabilités avec la femme alors qu’elle est un agent de développement et représente plus de 52% de la population congolaise.
Le concept genre qui ne concerne pas seulement la femme mais aussi l’homme est mal compris dans la société. Le concept genre est utilisé à tort surtout par la femme. Malheureusement, dans la famille qui est la cellule de base d’une société, l’éducation donnée aux enfants, reflète la mauvaise compréhension du genre. Une mauvaise attribution de jeux de rôle des enfants dans la famille réconforte les inégalités que nous observons en ce jour dans nos communautés et surtout sur le plan professionnel.
A titre illustratif, la Direction Générale des Impôts (DGI), une Administration Fiscale qui depuis 2003 a connue des reformes mais qui ont permis d’avoir une femme parmi la haute hiérarchie. Qui n’a pu faire que deux années avant d’être appelé à d’autres fonctions. Il faut reconnaitre que l’intégration du genre dans les nominations et promotions, n’est pas respectée par les autorités de tutelles. En plus de dix ans après la première nomination de la femme à la tête de la Haute hiérarchie des Impôts, ce n’est qu’en 2016 que, la Haute Direction est dirigée par trois personnes dont une femme qui est adjointe.
Au niveau des 11 provinces il y a qu’une seule femme Directrice soit 0,11% à l’Administration Centrale de la DGI dans l’ancienne configuration du Pays. Avec le découpage territorial, sur 26 Directions provinciales, il y a seulement deux femmes soit 0,52% ; l’une Directrice provinciale au sud Kivu et l’autre à l’Administration Centrale.
La Direction Générale des Impôts compte 43 Directeurs dont uniquement trois femmes, soit 6.9%.
Au niveau des Centres Synthétiques qui sont dans toutes les communes de la ville provinces de Kinshasa, il ya trois femmes sur vingt et quatre communes, soit 12.5%.
Juste que deux femmes au niveau de l’inspection. Il sied de signaler que pour devenir inspecteur à la DGI, la haute Direction envoi les gents chaque année en formation en France et généralement se sont des hommes qui bénéficient de cette bourse.
De ce qui précède, il y a lieu constater qu’il y a encore beaucoup d’efforts à fournir par les autorités compétentes pour que la dimension genre soit intégrée dans l’Administration Fiscale, comme une priorité pour un développement intégral.

FELICITE KANKU
Membre CAFCO

Facebook share
Restez Connecté